Agence conseil et création digitale
Agence conseil et création digitale

73 bis, bd d’Armentières 59100 Roubaix
Tél. : +33 (0)3 20 87 41 41

L'interview d'Aymeric

Aymeric, 28 ans, Concepteur-rédacteur

Scroll

Ton job, c’est quoi ?

Georg Wilhelm Friedrich Hegel, nous disait : « Le langage est l’expression claire de la pensée confuse ».
Et bien le métier de CR je le vois de cette manière, c’est-à-dire qu’au moyen d’un élément de langage qu’est l’écrit, j’attise, je matérialise et concrétise l’envie encore nébuleuse d’un prospect. Si on veut pousser la chose, on peut parler de principe d’objectivation de la pensée, mais ça risque d’assommer tout le monde non ? Si on laisse de côté le spirituel pour rentrer dans le factuel, je dirais qu’au quotidien, par le jeu des mots je suscite un désir, je crée une émotion à travers des concepts, des accroches, ou plus globalement du contenu rédactionnel. Cela englobe de nombreux supports : site web, landing page, newsletter, article blog, bannière, application mobile etc.
A travers ces différents supports j’essaie de retranscrire l’ADN de la marque, corrélée avec son plan marketing. On est très souvent dans cette dualité, push d’une offre et expression d’une identité. C’est ce qui rend l’exercice intéressant !

L'interview d'Aymeric

Comment devient-on concepteur-rédacteur ?

Les chemins pour y arriver évoluent constamment, il y a certaines filières qui sont désormais accessibles dans certaines écoles de créa. Après, il n’y a pas de schéma préétabli, il faut avoir un certain affect et une appétence pour la langue française. A partir du moment où l’on a ça et que l’on est capable de jouer avec, de créer de l’émotion et surtout de distribuer des « punchlines », everything is possible. Aujourd’hui il faut savoir produire des textes courts, incisifs, percutants, la plupart du temps. Peu de personnes ont la patience de lire de gros pavés, donc il faut s’adapter et distiller l’info rapidement, en l’enrobant pour que ce soit interpellant…Soit tout le contraire de mes réponses à cette interview. Une fois que l’on pense détenir ces armes, il faut cibler des bons stages en agence en tant qu’assistant CR. C’est personnellement ce que j’ai fait et ce que je recommande, car ça permet de se faire une bonne idée du métier et aussi d’apprendre à construire un réel discours publicitaire.

L'interview d'Aymeric

Où trouves-tu ton inspiration ? T’arrive-t-il d’en manquer ?

Avec ce job, on trouve l’inspiration au quotidien, lors de discussions entre potes, dans les films, les musiques, les livres en fait dès qu’il y a un langage verbal ou écrit. L’inspiration est partout, il faut se mettre en mode éponge, absorber un maximum pour en sortir la quintessence. Après personnellement j’utilise beaucoup instagram, je suis pas mal d’artistes russes ou asiatiques qui ont un parti pris artistique qui me parle énormément. Je peux m’inspirer d’un shoot photo, d’une vidéo, ça me permet de me mettre dans un certain mood, et ensuite de véhiculer une certaine émotion. J’écoute aussi beaucoup de musique lorsque je rédige, ça me permet également d’être dans ce fameux mood ! Donc comme l’inspiration est partout, il est rare d’en manquer, même si comme tout le monde certaines fois je mets plus de temps à rentrer dans un sujet. Dans ces moments-là, il faut savoir lâcher prise, faire une petite pause, se décontracter autour d’un petit ping-pong par exemple, et hop quand on revient les idées arrivent rapidement !

L'interview d'Aymeric

3 compétences à avoir ?

Capacité de synthèse, comme je le disais, il faut savoir être percutant en quelques mots. La plupart du temps les meilleures idées sont les plus simples, où le message est compréhensible en un regard.
Ensuite plus qu’une compétence c’est plutôt un savoir être, si l’on met de côté la notion pathologique du terme… Je parlerais donc de Bovarysme, dans le sens où il faut savoir se mettre dans la peau de personnes différentes, constamment, tout au long de la journée. Mais non ce métier n’est pas un aller simple vers la schizophrénie.
Enfin comme dans tout métier de créatif, je dirai qu’il faut être……….. créatif, heyhey ! Je pars du principe que tout le monde est capable de trouver une superbe accroche, mais là où se différencie le concepteur-rédacteur, c’est dans sa capacité à reproduire cela souvent, très souvent, et pour ça il faut être créatif, sans cesse proposer, imaginer, se triturer le cerveau, adopter une approche disruptive, réfléchir encore, partir loin, mais pas trop. Bon après c’est sûr, il faut être en mesure de rédiger du contenu émotionnel ou institutionnel parfois conséquent, et là évidement il faut avoir une très bonne affinité avec la langue française.

L'interview d'Aymeric